Brumisation dans un atelier
Un exemple d’application de la technique de brumisation, pour le refroidissement d’un atelier.

Les performances de nombreux process industriels sont affectées par la chaleur de l’air ambiant. En période de fortes chaleurs, le refroidissement dans les aéroréfrigérants se fait moins bien, affectant le fonctionnement de toute l’installation.

Le dimensionnement des surfaces d’échange est un compromis technico-économique basé sur des conditions climatiques moyennes. En cas de fortes chaleurs, les process sont moins bien maitrisés, ce qui impacte la rentabilité d’usines complètes.

La brumisation haute pression est la solution pour stabiliser les performances des aérocondenseurs et aéroréfrigérants ainsi que des turbines à gaz.

AX System s’appuie sur sa connaissance des aéroréfrigérants et de la haute pression pour proposer des solutions de brumisation dans un but de refroidissement adiabatique.

Optimiser le refroidissement adiabatique

Le principe est de projeter de l’eau, sous forme de millions de petites gouttes, dans l’air qui s’apprête à traverser l’échangeur thermique. L’eau ainsi mélangée à l’air avec une surface de contact très importante, se vaporise (passe de l’état de goutte à l’état gazeux). L’évaporation de l’eau absorbe de l’énergie, ce qui a pour effet de refroidir de quelques degrés l’air chaud et sec qui était disponible. C’est ce même phénomène physique qui explique que l’on ait froid en sortant de la douche…

Mise en œuvre

Il est impératif que la quantité d’eau injectée et la taille des gouttes soient bien maitrisées, afin d’éviter que de l’eau liquide ne vienne se poser sur les radiateurs, qui sont souvent métalliques et sensibles à la corrosion.

La brumisation est très adaptée pour améliorer l’échange thermique par abaissement artificiel de la température de l’air, en appoint dans une zone où l’amplitude de température ambiante est grande. On évite ainsi de dimensionner trop largement les surfaces d’échange.

Le refroidissement adiabatique par brumisation d’eau est en quelques sortes un booster, relativement occasionnel, permettant d’optimiser le refroidissement en environnement industriel.

GouttelettesBon à savoir

  • Pour être efficace, il faut que la surface d’échange entre l’eau et l’air soit la plus grande possible. La solution consiste à produire des gouttes les plus petites possible.
  • Cette grande finesse est la clé du bon fonctionnement du dispositif de refroidissement.
  • Notre maitrise de l’eau sous haute pression nous permet, par des buses minérales de quelques microns, à des pressions de l’ordre de 100 bars, d’obtenir une population de gouttes homogènes et particulièrement fine.
  • Les conditions de température et l’humidité de l’air peuvent nécessiter une variation du débit d’eau pilotée par un automate.